Graines reproductibles

Attention lorsque vous achetez des graines à bien vérifier qu’elles sont reproductibles.
Veillez à vérifier qu’elles ne sont pas hybrides (non F1),

ainsi vous pourrez utiliser les graines d’une plante pour resemer l’année suivante.

Créez vos propres banques de semences non-hybrides
(en veillant à noter espèce & année de récolte)


Et surtout… n’hésitez pas aussi à les échanger…
Nous aimerions prochainement organiser et/ou participer à un troc de graines édition 2012.

Malheureusement, les graines hybrides envahissent et monopolisent les marchés.
Voici quelques sites alternatifs, pour l’achat de graines

Bourse encyclopédie de semeurs
SOS Culture : graines bio, bio-dynamiques, variétés anciennes en Alsace

Alsagarden
La ferme de Sainte Marthe
Réseau semences Paysannes
Germinance
Biaugerme

Agosemens
Graines del Pais
La Garance Voyageuse
Essem Bio

Le potager d’un Curieux (mail : lepotager@wanadoo.fr)
Kokopelli

vidéo de présentation de kokopelli

Limites des semences hybrides F1

« Il n’est pas intéressant de ressemer les graines récoltées. En effet, les plantes qui en résulteraient seraient différentes de la variété homogène F1, car il se produit à la deuxième génération une disjonction des caractères (en vertu de la troisième loi de Mendel). Une production à base de F2 aurait une perte de rendement de l’ordre de 20%. Il est donc nécessaire de racheter des semences chaque année car la production de semences F1 n’est pas à la portée de l’agriculteur moyen (sauf dans le cas du maïs que l’on peut castrer à la main, un agriculteur peut conserver deux « lignées » avec un isolement de 200 m, puis croiser ces lignés chaque année en castrant le porte graine) . En France, la majeure partie des semences autorisées à la vente pour des plantes telles que le maïs, le tournesol et certaines espèces potagères sont des hybrides F1. Les agriculteurs ne peuvent donc plus conserver une partie de leur récolte comme semence d’une année sur l’autre. La généralisation des hybrides associée à l’établissement d’un catalogue rend captif le marché des semences. Cela ne vaut toutefois que pour les plantes allogames comme le maïs chez lesquelles domine la fécondation croisée.

Des recherches sont en cours pour produire du maïs apomictique qui permettrait la reproduction des semences à l’identique (ce qui n’est évidemment pas l’intérêt des entreprises semencières, ni peut-être à long terme celui des agriculteurs car les premiers ne seraient plus en mesure d’améliorer les variétés offertes sur le marché). »

(source: wikipedia, 29 mai 2012)

Article sur le sujet des graines reproductibles,
avec une explication de ce qu’est la demence hybride de type F1.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s